OSHO – Le Livre du rien, Quintessence du Zen

OSHO – Le Livre du rien, Quintessence du Zen. Almasta Editions. 2006. 312 pages. 23euros.

https://almasta.ch/le-livre-du-rien-quintessence-du-zen/

OSHO - Le Livre du rien

Editeur :
 Osho commente ici le Hsin Sin Ming, recueil de poèmes sur la Foi Véritable, écrit à la fin du VIe siècle par Maître Sosan. C’est le plus ancien texte du Chan chinois.
 Si, du monde des mystiques je devais ne sauver que deux livres, l’un d’eux serait celui de Sosan. Il contient la quintessence, l’âme même du Zen.
 Sosan n’est pas un érudit, c’est un sage. Ses paroles sont de l’or pur. Né vous contentez pas d’écouter ses mots, imbibez-vous-en. Laissez-les fondre dans votre coeur Mangez-les, digérez-les et oubliez-les. A ont un immense pouvoir de transformation.
 Quand vous êtes vides, le Tout tombe en vous et pourtant, il reste l’infini. Il y a davantage de place, d’autres univers peuvent entrer en vous, se déverser en vous.
 Quand vous réalisez la vérité, ce n’est ni un ni deux, c’est le vide. Tout disparaît, parce que quand le deux disparaît, le un disparaît. Il ne reste rien, ou il ne reste que le rien. Ce rien est le sommet ultime de l’illumination.
 Cela peut arriver ici et maintenant. C’est arrivé à Sosan. Cela m’est arrivé, cela peut vous arriver. Si c’est arrivé à un, ça peut arriver à tous.

*** Mon Avis ***

Un superbe commentaire d’Osho sur le Hsin Sin Ming

 

 Les éditions Almasta ont publié une grande quantité des livres d’Osho (Bhagwan Shree Rajneesh). Parmi ceux en ma possession, celui-ci a imméditatement captivé mon intérêt : il parle du zen ou ch’an, et notamment d’un texte hyper connu : le Hsin Sin Ming, de Sosan.
Comme je l’ai déjà dit, Osho fut un « personnage » tout autant qu’un immense maître de sagesse, incontournable au XXème siècle, un incroyable commentateur et dispensateur d’enseignements sur tout ce que l’on peut aborder en matière spirituelle. Quelqu’un d’unique en somme !
Attaché à rien, mais capable de tout, Osho eut une influence considérable dans le monde occidental pendant une trentaine d’années.
Osho disait tenir en très haute estime le texte de Sosan. Pour le commenter, il l’a divisé en plusieurs parties :
1_La Grande Voie
2_La Voie est parfaite
3_La vérité ne peut pas être recherchée
4_Retourner à la racine
5_L’unité du Vide
6_Ne poursuivez aucun but
7_Tous les rêves doivent cesser
8_La vie en la Foi véritable
9_Ni ceci, ni cela
10_Ni hier, ni demain, ni aujourd’hui
J’avoue avoir laissé tomber l’image de l’homme Osho, pour me plonger dans ses écrits qui sont fascinants (et il a fasciné beaucoup de monde Osho !).
Osho était d’une extrême sagesse et d’une capacité folle à parler de tout sujet sur lesquels il rebondissait pour amener sa Sagesse.
Ce Livre du Rien sur la Quintessence du Zen ne surprendra pas les habitués d’Osho : il parle ici du Hsin Sin Ming et directement et de manière détournée, l’amendant en faisant appel à de multiples autres choses et traditions spirituelles. Osho n’était pas un maître zen comme on en a l’habitude, mais un « maître de sagesse ».
Donc, non seulement Osho vous enseigne ici sur la Voie du Zen selon Sosan, mais en plus il apporte d’innombrables savoirs à son discours, ce qui enrichit notre compréhension de Sosan.

« Toute sa vie, Sosan a été un moine vagabond. Il n’est jamais resté où que ce soit; il ne faisait que passer, il se déplaçait. Il était une rivière; il n’était pas un étang, statique. Il était constamment en mouvement. Pour Bouddha, c’est là le sens du mot vagabond: les vagabonds doivent rester sans foyer, non seulement dans le monde extérieur, mais également dans le monde intérieur – parce que quand vous vous créez un foyer, vous vous y attachez. Ils doivent rester sans racines; pour eux, il n’y a pas de foyer, si ce n’est l’univers tout entier.Même après qu’on ait reconnu que Sosan s’était éveillé, il a poursuivi son vieux chemin de mendiant. Il n’avait rien de spécial. C’était un homme ordinaire, un homme du Tao. »

 Cette façon unique de faire fait de cet ouvrage une perspective inédite sur Sosan. Osho parle si facilement de cela que le livre se lit rapidement. Il éclaire et le texte s’illumine.
 J’ai vraiment apprécié cette lecture, aussi je vous la recommande. C’est un coup de coeur pour moi !

 Bonne lecture !

Zui Ho.

Osho. Sosan. Hsin Sin Ming. Almasta Editions. Bouddhisme zen. Livre bouddhiste. Livre Bouddhisme. Coup de coeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :