Sakyong Mipham – Courir comme on médite : entraîner le corps et l’esprit pour réaliser notre potentiel

Sakyong Mipham – Courir comme on médite : entraîner le corps et l’esprit pour réaliser notre potentiel. Guy Trédaniel éditeur. 2017. 286 pages. 19.90euros.

http://www.editions-tredaniel.com/courir-comme-on-medite-p-7302.html

sakyong courir

Présentation de l’éditeur
La méditation agit en profondeur sur notre bien-être et notre santé. Elle permet d’apaiser l’esprit, de revitaliser le corps, et, appliquée au running, elle améliore nos performances sportives. Grâce aux enseignements Shambhala sur l’art du guerrier, courir devient un entraînement de l’esprit autant que du corps, à même de transformer et d’enrichir notre vie. Que vous soyez un coureur débutant ou expérimenté, cet ouvrage puissant et inspirant propose une approche spirituelle inédite de la course à pied. Vous découvrirez les étapes de l’entraînement de l’esprit dans la course, des exercices et des enseignements accessibles et essentiels sur les pratiques de la méditation, ainsi que des contemplations guidées sur l’amour, la bienveillance et la compassion, à pratiquer durant votre running.
Biographie de l’auteur
Maître de méditation bouddhiste, le Sakyong Mipham est le détenteur de la lignée Shambhala, dont les enseignements diffusés dans le monde entier nous invitent à réaliser la bonté fondamentale et à bâtir une société éveillée dans la vie de tous les jours. C’est également un coureur chevronné qui a neuf marathons à son actif.

*** Mon Avis ***

Un maître de méditation et du marathon offre un exposé moderne sur ses deux disciplines

 

 Voilà un livre surprenant ! Mais voici un livre qui dénote plusieurs choses : les maîtres tibétains d’aujourd’hui sont bien plus « modernes » que leurs prédécesseurs et aînés.  Ils se sont admirablement bien adaptés dans un univers occidental filant à 200 à l’heure, juchés d’embûches à la pratique du Dharma.
 Ces maîtres savent se fondre dans l’activité occidentale tout en gardant leurs racines traditionnelles. Et puis surtout, ils connaissent les modes de vie des occidentaux et les langages en cours – en somme, ils sont peut-être plus occidentaux que nous ! 

 Sakyong Mipham Rinpoché, né Ösel Rangdrol Mukpo en 1962 à Bodh Gaya, est l’un des fils de Chögyam Trungpa Rinpoché – un des plus éclatants maîtres, iconoclaste et réformateur, que le bouddhisme tibétain ait connu. Ce n’est donc guère étonnant qu’il écrive un livre sur le bouddhisme partant de son expérience de coureur – car c’est un marathonien ! Comme la méditation, il a appris petit à petit à tenir de longues distances.
 Mais comment donc allier une pratique intense comme le marathon, à la pratique millénaire de la méditation ? C’est l’objet de ce livre.

 Je ne suis pas marathonien, mais un bon marcheur : j’ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre et c’est normal. Il intéressera un public bien ciblé : les coureurs.
 Toutefois, c’est très bien écrit, et c’est assez délicieux de voir le va-et-vient que l’auteur fait entre la course et la méditation, entre sa vie et le Dharma : cela fait de ce livre un bouquin unique en son genre. De plus, l’auteur fait preuve de traits d’humour bien venus, rendant le tout très digeste. L’auteur respecte sa tradition, mais quand on lit entre les lignes, on comprend qu’il ait des choses à redire sur la tradition et de bonnes choses à dire au sujet de notre mode de vie – bref, il se « mouille » un peu.

 Courir est une vraie pratique – comme la méditation : et Sakyong en fait une vraie pratique spirituelle, une vraie méditation : la course prend alors la forme de la méditation. Et ce livre, c’est pour lui l’occasion de nous faire évoluer, avec lui à notre côté, tout au long de la voie bouddhiste, qu’il expose graduellemment (franchement : chapeau à Sakyong pour avoir su si admirablement mêlé les disiciples et les savoirs !).
 La première partie est d’abord consacrée à la course : « courir comme on médite ». Sakyong expose ses débuts à la courses, des rencontres, la technique de course même. Viennent ensuite les « enseignements Shambhala de l’art du guerrier » en 5 parties : les « quatre dignités » Tigre (Attention), Lion (Joie), Garuda (Pouvoir de l’esprit), Dragon (Intelligence et Compassion) chacune étant accompagnée d’une « contemplation ». Il associe donc ces principes et valeurs bouddhistes aux étapes du marathon. Une dernière partie expose le Cheval de vent, l’énergie née des quatre étapes précédentes. Sachez que Sakyong pratique aussi l’équitation, le tir-à-l’arc, la danse sacrée et les arts martiaux !

 Franchement, j’ai été surpris à la lecture de cet ouvrage : même si je ne suis pas coureur, voici un excellent exposé du Dharma, un livre moderne, très intelligent.
C’est un coup de coeur pour moi et je vous le recommande fortement !

Bonne lecture !

Zui Ho.

 

Sakyong Mipham. Guy Trédaniel éditeur. Bouddhisme tibétain. Tradition Nyingma. Tradition Shakya. Lignée Shambhala. Coup de coeur. Course, Marathon. Méditation tibétaine. Livre bouddhiste. Livre bouddhisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :