Jean BOUCHART D’ORVAL – Parménide, au-delà de l’existence. Nouvelle traduction et commentaires

Jean BOUCHART D’ORVAL – Parménide, au-delà de l’existence. Nouvelle traduction et commentaires. Almora. 2018. 108 pages. 16euros.

http://www.almora.fr/livre/almora/bouchart-d-orval-jean/9526-parmenide-au-dela-de-l-existence-nouvelle-traduction-et-commentaires.html

JBO Parménide

Présentation de l’éditeur
Une nouvelle traduction lumineuse du poéme de Parmenide, un commentaire profond qui montre le sens spirituel de cet antique poème et son pouvoir d’éveil.

Parménide est un des plus grands sages de l’Occident, son poème un des textes les plus commentés de la philosophie de Platon à Heidegger.
Parménide vécut à la fin du vie siècle dans cette région du sud de l’Italie qu’on appelle la Grande Grèce. Initié, sage, guérisseur, poète, héritier d’une tradition spirituelle remontant à la nuit des temps, il a laissé un poème dont il ne nous reste que quelques fragments, mais encore capable, 2500 ans plus tard, de réveiller les morts.
Si la civilisation occidentale s’était édifiée à la lumière de la révélation bouleversante que la Déesse a confiée à Parménide plutôt que sur le rationalisme et l’individualisme des penseurs qui sont venus après lui, elle n’aurait pas pris un faux départ et ne serait pas en train de vivre la mauvaise arrivée que nous lui connaissons. Nous avions déjà en Occident tout ce qu’il faut pour édifier une civilisation
harmonieuse et magnifique, mais nous l’avons laissé s’échapper. Après Parménide le destin de l’Occident en devenir s’est assombri de façon tragique.
Jean Bouchart d’Orval nous donne ici une traduction lumineuse du texte ainsi qu’un commentaire profond qui montre le sens spirituel de cet antique poème et son pouvoir d’éveil.

Biographie de l’auteur
Diplômé en physique et en génie nucléaire de l’Université de Montréal, Jean Bouchart d’Orval s’est toujours posé des questions fondamentales, ce qui l’a mené à une approche plus directe de la réalité. Il a dès lors consacré sa vie à approfondir l’intuition fondamentale de l’existence qui l’avait saisi dès l’adolescence. Depuis plus de trente ans, il écrit des livres et propose des rencontres publiques qui sont autant d’invitations à une exploration fondée sur le pressentiment de la joie sans cause et son actualisation dans la vie.

*** Mon Avis ***

Un éclairage puissant sur un poème de Parménide fabuleux !

 

 Sitôt que j’ai débuté la lecture de cet opuscule sur Parménide, je n’en ai plus décroché. Ces 108 pages se lisent en deux heures.

 J’ai une certaine fascination pour les civilisations anciennes, leurs systèmes religieux, leurs religions, leurs spiritualités, leurs mystères : j’ai le sentiment que les anciens vivaient bien plus intensément que nous, et qu’ils vivaient des existences moins complexes, plus calmes, en phase avec la Nature environnante encore saine, et pleine de dieux qui se cachent désormais à nos yeux.  Parménide, ce poète, était ainsi.
 Les anciens me semblaient plus reliés au Divin que nous ne le sommes aujourd’hui, nous qui sommes plongés dans un merdier infâme, dans un brouillard et des souffrances psychologiques, dans des ondes électromagnétiques (tv, radio, smartphones) et radionucléaires, mais aussi dans la confusion, et dans l’autre grand brouillard : intellectuel, spirituel. Nous vivons à l’envers, intoxiqués, asphixiés, pollués. Nous mourrons à petit feu, mais survivrons-nous à notre planète que l’on brûle bien plus vite ?
 Nous ne vivons plus d’ailleurs : le credo Métro-Boulot-Dodo-Conso-Téloche-Caveau nous zombifie. Bref, nous dégénérons, et nous sommes plus que jamais éloignés du Divin, et « déconnectés » de lui.  Les gens laïcisent, hygiénisent, « démocratisent », javellisent tout ce qui est spirituel, pensant par là se protéger de « l’insanité religieuse »… [Certes les religieux ont beaucoup péché !]. Ils ne font plus confiance aux sages du passé, ne croient plus aux méthodes et textes millénaires, aux voies tracées pourtant subtilement. Ils ne croient plus à l’incroyable. Il n’y a plus de mystère, plus de mystique. L’invisible doit être rendu visible. La vérité est ailleurs, pensent-ils ! Et ils ne se reposent jamais. On efface ainsi des millénaires de traditions spirituelles en réduisant le chemin spirituel au simple : « tout est déjà là, il y a rien à faire, c’est génial « ! Je le répète, comme le firent tant d’autres : nous dégénérons. Nous n’allons pas dans la bonne voie, même si l’on peut se dire que l’on s’amuse bien et « qu’on profite ». Nous sommes devenus des Néron.

 Et donc, après cette grosse digression, revenons à Parménide, que Jean Bouchart d’Orval (JBO) traduit d’une très belle manière dans ce livre, et qu’il commente avec une finesse et une humilité superbes. L’auteur a déjà publié aux éditions Almora – parmi mes préférées ! – un petit nombre d’ouvrages qui me semblent très intéressants : à la lecture de ce Parménide, je crois qu’il est nécessaire de le lire plus en avant.

 Je dois vous avouer que le poème initiatique de Parménide, dont nous avons bien besoin, est absolument fameux et certains passages sont renversants, et m’ont fait me relever de mon siège ! Ce qui est transmis – quelle chance que ces fragments existent ! – est magnifique de par son évidence. JBO rappelle d’ailleurs que nombre des comparses de Parménide n’ont rien laissé du tout, et il nous montre le « manque à gagner » de cette époque. Parménide donc, « réveille les morts » comme JBO l’annonce.
 Ainsi c’est une voie non-duelle, venue de la Grèce Archaïque, que Parménide nous expose ici à travers la voix de la Déesse. C’est une sorte d’Upanishad venue de Grèce. Relevons que Parménide est de la même époque que le Bouddha…
 Je dirais même que pour un occidental, ce poème de Parménide est une entrée plus facile pour comprendre le Non-Duel et l’immanence du Divin, qu’en lisant les textes indiens (que JBO sait traduit lui aussi ! Les citant plusieurs fois). Rien que pour ce poème fragmenté d’à peine quelques pages, l’achat du livre est donc amplement mérité et celui-ci atterri dans mes Coups de cœur.

 L’enseignement premier du texte de Parménide – qu’ensuite développe JBO – c’est : « IL Y A ». Et donc, il n’y a pas « Il n’y a pas ». Pas d’autres alternative qu’Il Y A ! Et si « Il y a », et bien il est parfait, entier, égal, sans début ni fin. De là, une théologie pourrait-elle être rédigée ? 
 Après cette lecture de Parménide – j’ai même relu plusieurs fois celui-ci afin de bien le comprendre – JBO élabore un commentaire éclairant sur la période et la biographie du philosophe-guérisseur, puis un commentaire sur le texte lui-même.
 L’ouvrage est mince, mais de grande valeur, et je ne vais pas vous en dire plus, car je n’en suis pas l’auteur, et parce que je crois que vous aurez saisi toute l’importance de cette édition, qui tranche avec tout ce qui a pu être écrit au sujet de Parménide (sauf peut-être Heidegger comme JBO le dit). On voit bien avec cet Il Y A, l’enjeu colossal, ontologique et spirituel, que cela recouvre. Êtes-vous prêt à faire le grand saut ?
 J’attendais beaucoup de ce livre, et je ne suis pas déçu. Il montre également… qu’on a rien inventé aujourd’hui, et que tous ceux qui disent « s’être fait tout seul », jetant aux orties les traditions passées, n’ont fait que piller en silence les anciens.

 Une belle peinture enfin, faussement abstraite, orne la couverture de ce livre – et elle illustre très bien la porte du Temple que franchit Parménide, et que chacun doit franchir s’il veut « savoir »… Votre porte à vous, c’est d’abord cette couverture ! Vous êtes plus chanceux !

 Ne loupez pas cette lecture !

 Un grand merci à Almora et Jean Bouchart D’Orval !

 Bonne lecture !

Zui Ho.

Jean Bouchart D’Orval. Parménide. Almora. Grèce. Non-Dualité. Coup de coeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :